Actualités

La protection du pouvoir d’achat des Français, notre priorité

Cette semaine, le Parlement a définitivement adopté le projet de loi portant mesures d’urgence pour la protection du pouvoir d’achat et le projet de loi de finances rectificative pour 2022. Ces deux textes permettent de protéger les Français des effets du pic d’inflation sur leur quotidien.

Avec le projet de loi « pouvoir d’achat » et le projet de loi de finances rectificative 2022, plus de 20 milliards d’euros supplémentaires ont été votés pour protéger le pouvoir d’achat des Français. Ils s’ajoutent aux 23 milliards d’euros déjà engagés depuis l’an dernier face aux conséquences de la crise sanitaire.  

“Il y a un peu plus d’un mois, le soir de mon élection, je prenais l’engagement suivant : apporter rapidement des réponses sur le pouvoir d’achat en aidant concrètement à affronter la vie chère avec une loi d’urgence dès l’été. C’est désormais chose faite en revalorisant le travail et en accompagnant les plus fragiles sur les prix de l’énergie, des loyers ou les minima sociaux.”

Dans un esprit de compromis avec les différents groupes d’opposition, qui a permis de faire évoluer les deux textes et d’enrichir leurs dispositions, le projet de loi « pouvoir d’achat » et le budget rectificatif pour 2022 portent des mesures clés pour :

-0,30€

sur le litre de carburant

+4%

pour les retraites et prestations sociales

43 milliards €

pour le pouvoir d'achat des Français

  1. Mieux rémunérer le travail et soutenir les salariés en pérennisant la « prime Macron » sous la forme d’une prime de partage de la valeur et en augmentant son plafond jusqu’à 6.000 euros ; en facilitant les accords d’intéressement, en particulier pour les PME ; en baissant les cotisations sociales des indépendants jusqu’à 550€ pour un revenu équivalent au SMIC (1 Md€) ; en réhaussant le plafond de défiscalisation des heures supplémentaires à 7 500 euros ; en permettant aux salariés qui le souhaitent de convertir en rémunération leurs demi-journées ou journées de réduction du temps de travail (RTT).
  2. Protéger le pouvoir d’achat des plus modestes, retraités et étudiants en revalorisant de 4%, dès juillet, les retraites et prestations sociales (6,7 Md€), ; en mettant fin aux minima de branches inférieurs au SMIC ; en votant, avec l’ensemble des groupes parlementaires, la déconjugalisation de l’allocation adulte handicapé, qui représente un engagement fort de notre majorité (560 M€). 
  3. Pour que les Français puissent faire face à l’augmentation des prix du carburant, la remise sur le carburant à la pompe passera de 18 centimes à 30 centimes en septembre. A cela s’ajoutent les 20 centimes de remise annoncés par Total. 
  4. Modérer l’inflation sur le coût du logement, premier budget de dépenses des ménages modestes en limitant la hausse des loyers à 3,5% en hexagone et 2,5% dans les outre-mers, et en augmentant les APL de 3,5% dès juillet pour 2,6 millions de foyers (168 M€).
  5. Rendre 138€ par an aux Français en supprimant la contribution à l’audiovisuel public, tout en garantissant son indépendance.
  6. Intervenir directement sur les prix de l’énergie en prolongeant jusqu’en fin d’année le bouclier tarifaire instauré en novembre 2021. 

Proposition d’emploi – Assistant(e) parlementaire administratif(ve)
17 janv. 2023
Mounir Belhamiti recrute un(e) Assistant(e) parlementaire administratif(ve).
"Pour une réforme des retraites inscrite dans un projet politique cohérent, fondé sur le travail."
10 janv. 2023
Cette réforme, qui suppose que nous travaillions plus longtemps, concerne tout le monde. La moindre des choses est que vous sachiez dans quel état d’esprit votre député s’apprête à l’examiner.
"Le vote du budget n’est pas un jeu"
28 oct. 2022
Refuser de voter le budget signifie nous condamner à voir nos avions cloués au sol, nos armements non renouvelés, notre dissuasion amoindrie, et, au final, notre défense affaiblie.